PALESTINE/ISRAËL : URGENCE

 

En envahissant la Cisjordanie et les villes palestiniennes malgré l'injonction du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, M. Sharon démontre que son action ne vise pas la sécurité d'Israël mais la guerre totale pour empêcher toute création d'un Etat palestinien indépendant aux côtés de l'Etat d'Israël.
Comme les militants de la paix israéliens le scandent tous les samedis à Jérusalem devant le domicile du gouvernement Sharon, il n'y a qu'une solution : " une seule terre, deux peuples, deux états ", vivant en paix côte à côte.
Il faut arrêter le bain de sang israélien et palestinien !
Hier, nous avons condamné sans équivoque les attentats odieux contre les civils israéliens comme l'avait condamné une majorité de Palestiniens à commencer par Yasser Arafat.
Nous avons constaté sur place à Jérusalem, du 21 au 25 mars, l'angoisse et la douleur dans de nombreuses familles israéliennes.
Mais aujourd'hui, il y a URGENCE en Palestine ! Tous les récits concordent sur la brutalité de l'action de l'armée israélienne : les morts de civils palestiniens, les exécutions sommaires.
Le peuple palestinien est en danger ! Détruire l'Autorité Palestinienne et son représentant légitime, le Président Yasser Arafat, serait humilier le peuple palestinien, laisser le champ libre à tous les extrémismes.

LA FRANCE, L'EUROPE, LES NATIONS-UNIES DOIVENT ARRETER L'ACTION FOLLE DU GOUVERNEMENT SHARON ET FAIRE RESPECTER LES RESOLUTIONS DU CONSEIL DE SECURITE DES NATIONS-UNIES !

En France, le Président de la République et le Premier Ministre doivent faire plus que des déclarations et agir sur le terrain avec détermination pour la mise en œuvre immédiate des décisions des Nations-Unies, quel que soit le calendrier électoral français.
Nous soutenons l'action courageuse des 3 000 Palestiniens et Israéliens qui ont manifesté pacifiquement, malgré la répression, ce mercredi 3 avril au check point de Ramallah contre l'occupation militaire.
Nous soutenons la grande manifestation prévue à Tel-Aviv samedi 6 avril par la Coalition de la Paix israélienne devant le domicile du Ministre de la Défense israélien.
Nous demandons avec force : - le RETRAIT IMMEDIAT DES FORCES ISRALIENNES des territoires palestiniens, en application de la résolution 1402 des Nations-Unies, - l'ENVOI D'UNE FORCE INTERNATIONALE DE PAIX ET DE PROTECTION des populations civiles.

Sur la base de ces deux revendications essentielles, nous participerons les samedi 6 avril et 13 avril à la manifestation organisée, comme dans de nombreuses villes de France, à 15 h, Place de la Mairie.
Nous appelons nos concitoyens et concitoyennes à se rassembler massivement pour arrêter le bain de sang. Faisons-le en rejetant et condamnant toute agression contre des lieux de culte juifs, tout acte ou agression raciste, en ne transformant pas les enjeux politiques de l'avenir des Etats israéliens et palestiniens en engagements des communautés en France.

 

ISRAEL-PALESTINE :

Apres une délégation en Israël et en Palestine  28 pacifistes français disent avec le Mouvement de la Paix

L’urgence d’une paix possible malgré les violences extrêmes

 

Sur l’initiative du Mouvement de la paix, une délégation représentative de la société civile française  s’est rendue en Israël et Palestine du 21 au 25 mars 2002. Elle était composée de 28 personnes et conduite par 3 secrétaires nationaux du Mouvement de la Paix ( Daniel DURAND, Roland NIVET, Micheline GUILHAUMON )

A.   UN CONTEXTE MARQUE PAR DES IMAGES FORTES DE VIOLENCE ET DES INITIATIVES DE DIALOGUES PEU VALORISEES

Les opinions publiques et les médias hypersensibles aux images de guerre, d’attentats, de violences ignorent trop souvent les efforts de dialogue dans les deux camps de ce conflit. Ainsi  la constitution d’une “coalition israélo-palestinienne pour la paix ”suite à l’appel lancé depuis  juillet 2001 par des personnalités  de Palestine et d’Israël n’a pas été médiatisée comme elle aurait du l’être.

 

B.        UN OBJECTIF : COMPRENDRE ET MESURER LE CONTENU ET L’IMPACT DE LA COALITION ISRAELO-PALESTINIENNE POUR LA PAIX ET PLUS LARGEMENT DU CAMP DE LA PAIX  EN ISRAEL ET EN PALESTINE

 

L’objectif  de cette délégation était de voir si les appels israélo-palestinien pour la paix qui ont été lancés par différentes personnalités des deux côtés ainsi que par la coalition et qui sont soutenus  par différents groupes,  associations, partis politiques, correspondent à une réalité ou si cette coalition correspond

·         à un brouillage, un  leurre, lancés par les deux camps  ou

·         l’amorce d’initiatives majeures  et pragmatiques pour aller vers la Paix.

 

Il s’agissait pour la délégation de voir si, malgré  les violences extrêmes de ces derniers jours ( occupation des territoires par   l’armée israélienne, destruction des camps mais aussi les  attentats suicides commis par des Palestiniens et victimes civiles innocentes des deux cotés ) des initiatives de paix pouvaient être prises pour trouver une issue à cette guerre.

 

C.  METHODES   : ALLER SUR PLACE  AVEC UNE DELEGATION REPRESENTATIVE DE LA SOCIETE CIVILE FRANCAISE

 

C’est la troisième délégation du Mouvement de la Paix en un an

 

C1.  aller sur place : Comme dans d’autres conflits  il a été nécessaire d’aller sur place, des deux côtés

pour mieux appréhender la situation, mieux comprendre, mieux apprécier l’état des opinions publiques et le positionnement politique  des différents acteurs ( politiques, idéologiques, religieux, diplomatiques )

 

Tout cela pour mieux  déceler les perspectives  de paix possibles  ainsi que les blocages, les verrous, les tabous  à faire sauter (ou insurmontables ) pour aller vers la paix.

 

C2. une délégation représentative de la société civile :

 

-          délégation de 28 personnes  de différentes régions de France ( Bretagne, Pays de Loire, Aquitaine, PACA, Midi –Pyrénées, Centre, région parisienne etc. )

-          adhérents et non adhérents au Mouvement de la Paix

-          professionnellement divers ( journalistes, photographes, chercheurs, enseignants, postiers, professions libérales …

-          de différents courants idéologiques et religieux ( catholiques, juifs, de culture musulmane, athées )

-          d’associations et organisations différentes ( Mouvement de la Paix, MRAP, CGT, FSU, PCF,  associations culturelles locales, citoyens sans engagement )

 

C3. des visites variées et des témoignages recueillis des deux cotés

 

-          visites de camps et de villes palestiniennes

-          Ong palestiniennes et israéliennes

-          contacts directs avec les sociétés civiles

-          participation à un rassemblement de Peace NOW à Jérusalem devant le domicile de SHARON

-          représentants de la France à Jérusalem

-         personnalités politiques et religieuses dont  Gabi BARAMKI ancien président de l’Université de Bir Zeit, président du “Conseil palestinien pour la justice et la paix ” et signataire de l’appel de la coalition israélo-palestinienne pour la Paix ,Yasser ARAFAT, la chanteuse SAPHO présente au rassemblement , Dan BITAN dirigeant en Israël de Shalom Arshav (Peace NOW) qui a récemment rassemblé 15 000 personnes pour la paix dans les rues de Tel Aviv, Mgr SABBAG patriarche latin  de Jérusalem, Mr Denis PIETON consul général de France  à Jérusalem

D. RESULTATS : LA PAIX EST POSSIBLE, NECESSAIRE, MALGRE  LES VIOLENCES EXTREMES ET LES HAINES RENFORCEES

Des deux côtés, un travail de fond est entrepris par des intellectuels et des politiques qui ont commencé à écrire et à poser les  fondements conceptuels  qui devraient permettre  d’engager un processus de paix  avec un travail politique dans les opinions publiques.

Ces fondements sont posés de manière  différente, avec des histoires, des approches  et des principes différents, avec des écritures, des formulations qui tiennent compte de l’histoire et de la culture de chaque peuple  mais avec aussi des formulations communes, des initiatives communes ( telle une rencontre hebdomadaire de la coalition à Jérusalem dans un hôtel  avec la production de documents ) qui montrent que des convergences  jamais aussi clairement explicitées se font jour  sur des points essentiels :

 

-         Deux peuples, deux Etats, une capitale Jérusalem

-         Fin de l’occupation des territoires palestiniens occupés

 -     Mise en place d’une force de paix internationale

-         Evacuation des colonies

-         Statuts des réfugiés

URGENCE d’UNE SOLUTION POLITIQUE

 

En effet, ce qui est dit ci-dessus n’est pas contradictoire avec la possibilité que la situation bascule du jour au lendemain dans un cycle de violences renforcées.

 

L’important  nous semble t’il, c’est que nous avons décelé qu’au-delà des positions de principe  qui sont et seront réaffirmées, les initiatives prises par les sociétés civiles nous semblent fortes et crédibles, car marquées du sceau  du pragmatisme  et portées par des volontés de “ paix ” qui si elles s’inscrivent  dans des logiques différentes  (volonté de paix et de dialogue pour construire une paix juste et durable, mais aussi haines renforcées  qui accompagnent  des volontés de rejet et de purification ethnique) n’en expriment pas moins le ras le bol des opinions publiques.

                                   Il y a urgence à agir avant la catastrophe !

Dans ce contexte les opinions publiques en France et en Europe  doivent agir pour

 

1 ) que la France, L’Union européenne, l’ONU  prennent des initiatives fortes  qui accompagnent et confortent les possibilités de paix  en permettant

-          la fin de l’occupation

-          la mise en place d’une force internationale de paix

-          la création de deux Etats

2 ) que s’expriment très fort les soutiens à la coalition israélo- palestinienne pour la paix !

UNE INITIATIVE A REUSSIR : UNE CHAINE HUMAINE SUR LES FRONTIERES DE 1967 EN JUIN 2002

 

Nous avons pris connaissance de l’initiative de la “ Coalition populaire israélo-palestinienne pour la Paix ” de faire une immense chaîne humaine en juin 2002 sur les frontières de 1967  pour soutenir la nécessité d’aller au plus vite vers deux Etats égaux en droits et devoirs et bénéficiant de frontières reconnues.

Le Mouvement de la Paix et les délégués ont décidé de soutenir cette initiative et de contribuer à son succès

Rennes le  28 mars 2002- Roland NIVET –Daniel DURAND secrétaires nationaux du Mouvement de la Paix-contact  roland.nivet@wanadoo.fr ou mvpaix.rennes@wanadoo.fr

 

Pour l’Ouest de la France la délégation était composée de 4 personnes , deux de la région Pays de Loire (VEYLIT Nicolle et DUGAST Joel ) et deux de Bretagne ( Roland NIVET et Larbi BENCHIHA journaliste  )